AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une soirée mondaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilia Dé'Quinoxe
Co-admin/Fille des Dé'Quinoxe
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 25
Age (perso) : 16
Classe : Noble
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Une soirée mondaine   Mar 14 Avr 2009, 7:19 pm

Les deux jeunes gens se trouvaient dans la chambre de Lilia. Une jolie chambre aménagée avec goût, les murs couleur blanc ivoire, un grand lit à baldaquin, comme en rêve toutes les petites filles, trônait au milieu. Lilia était assise sur le rebord de son lit de princesse, les mains posées sur ses genoux, la tête baissée. Son frère face au feu qui crépitait dans la cheminée lui tournait le dos.

" - Tu n'as pas le choix Lilia ! C'est le souhait de père !
- Puisque c'est père qui le veut ..., une pointe d'amertume se faisait sentir dans la voix de Lilia, j'y serai ..."

Elle aurait tellement voulu faire autrement, pourquoi être constamment obligée d'obéir ? Simplement parce qu'elle était une fille ? Cette vision du monde la révoltait ... au moins son futur mari ne serait pas comme ça ! Du moins elle l'espérait ...

" - Niolas, tu sais bien ce que je pense de se genre de soirées ! Elles ne sont pas faites pour moi ! Je ne m'y sens pas à l'aise, tu le sais et père aussi le sait ! Pourquoi vous m'obliger à être là ? J'en ai assez de voir des nobles prétentieux et arrogants se pavaner devant moi comme des paons ! Tout ce qui compte pour eux c'est fanfaronner, se montrer, boire jusqu'à en être malade et manger à l'oeil ! "

Elle prit un air suppliant tandis que Niolas se tournait enfin vers elle. Un petit sourire sarcastique apparut au coin de ses lèvres. Il s'avança vers Lilia et s'assit près d'elle.

" - Tu vois que tu arrives à te connecter à la réalité parfois, et à avoir une vision du monde très net, tel qu'il est ... tu devrais faire cet exercice plus souvent au lieu de penser à ton stupide amour ! Tu n'en sortirais que moins sotte ! "

Lilia parut blessée par les paroles de son frère. Elle savait parfaitement ce que pensaient son père et son frère de sa vision utopique faite de la recherche du grand amour, mais une attaque si forte, il venait tout de même de lui prouver encore une fois qu'il l'a prenait pour une idiote, une moins que rien. Cela la déconcerta et elle sentit comme un pincement au coeur.

" - Je n'irai pas Niolas ! Je ne veux pas ! Je préfère mille fois penser à mon stupide amour plutôt que de rester toute la soirée à sourire à un lot de personne dont je n'ai strictement rien à faire et avec qui je n'ai absolument rien en commun !
- Tu iras ! Ce n'est pas comme si tu avais le choix ! "

Niolas se leva du lit et regarda une dernière fois sa soeur avant de sortir de la pièce. Ses yeux semblaient lancer des éclairs, son visage s'était fermé. Il posa son regard glacé sur Lilia, cette dernière redressa la tête et soutint son regard, mi-défiante, mi-craintive. Mais il ne lui laissa pas le temps de répliquer et sortit, laissant derrière lui une Lilia totalement désemparée. La petite pointe de témérité qui lui avait traversée le corps était partie aussi vite qu'elle était venue. Elle contempla la porte close longtemps après que Niolas soit parti.

Les larmes lui montèrent aux yeux. Quand est-ce qu'on arrêtera de la prendre pour une enfant ? Quand est-ce qu'on lui parlera comme à une adulte ? Quand est-ce qu'on la laissera choisir sa vie ? Jamais semblait la réponse la plus plausible.
Elle passa une main dans ses cheveux défaits puis se leva et alla se rafraichir le visage à l'eau claire.


Le soir fut bien vite venu. Lilia avait passé l'après midi dans sa chambre et n'en est sortit sous aucun prétexte, de toutes façons elle n'en avait sans doute pas le droit. Elle se prépara lentement pour la soirée mondaine qui allait avoir lieu dans les murs du manoir des Dé'Quinoxe. Un grand manoir imposant aux pierres grises, noircies avec le temps. Le plus ancien de toute la ville.
Mais il vint bien un moment où elle n'avait plus rien d'autre à faire. Elle s'été toilettée, habillée, coiffée, légérement maquillée, bref elle était fin prête et n'avait plus aucun prétexte pour rester plus longtemps dans le refuge que lui offrait sa chambre.

Notre jeune fille sortit donc et descendit lentement les marches, une main sur la rampe. Tout le rez-de-chaussée resplendissait sous l'éclairage des bougies. On aurait dit une fourmillière tant il y avait de gens qui s'affairaient, allant, venant d'un pas pressé, portant vases et pots de fleurs, plateaux remplis de mets délicats ...
Lilia s'arrêta sur l'avant dernière marche pour observer se ballet incessant. Dans sa robe rouge de satin, agrémentée de bande blanche crème elle offrait un magnifique spectacle. Il faut dire que la robe était parfaitement ajustée à son corps mettant en avant la finesse de sa taille, ses formes avantageuses et son décolleté laissant entrevoir un échantillon de sa peau couleur pêche, lisse et parfaite.


" - Lilia ! "

L'appelée sursauta. Cette voix forte et sonore. Celle de son père. Ce dernier arrivait droit sur elle, le visage apparement rayonnant de bonheur, les bras grands ouverts, les paumes vers elle. Cependant Lilia connaissait trop bien son père pour ne pas voir sous cette apparente cordialité la fureur qui habitait son père. Niolas avait dû tout lui raconter ...

* Pourquoi suis-je surprise ? Il fallait s'y attendre ! *

Elle se força à sourire.


" - Père ...
- Tu t'es finalement décidée à te joindre à nous ! C'est trop d'honneur ! Tu m'en vois ravi ! "

* Moque toi, moque toi ... tu sais très bien que je n'ai pas eut le choix ! *

Elle continua de sourire quelque peu crispée, ne sachant pas quoi répondre à cette provocation gratuite, et surtout parce que ce n'était pas dans ses habitudes de répondre avec insolence à son père, même si celui ci était totalement injuste avec elle. Il ne lui laissa de toute façon pas le temps matériel de répondre et enchaina.

" - Va vite dans la salle de réception, les invités ne vont pas tarder à arriver. Ton frère y est déjà, rejoins le ! "

Il se détourna aussitôt d'elle pour courir après un domestique qui transportait une plante trop verte pour la soirée, ce n'était pas ce qu'il avait demandé ! Et il en semblait furieux.
Lilia fit une petite révérence à son père qui n'était pas devant elle et lui répondit, même si il était parti depuis longtemps.


" - Oui père. "

Elle avait prit cette habitude depuis longtemps. Son père ne lui laissait jamais le temps de répondre. Il pensait d'abord à lui et ses intérêts. Mais ce que pensaient ou ressentaient ses enfants il n'en avait pour ainsi dire rien à faire. Alors pourquoi s'embêter à les écouter ? Surtout Lilia qui vivait dans son monde. Elle était trop sotte et il fallait donc prendre les décisions pour elle. C'était à cette conclusion qu'il était parvenu, et il s'y tenait depuis 16 ans. Cela n'allait certainement pas changer maintenant.

Lilia se dirigea ver la salle de réception où son frère se tenait déjà. Elle alla près de lui mais ne lui adressa aucun regard. Elle se tint immobile attendant les invités, mais sur son visage on pouvait voir une expression rêveuse. Ceux qui la connaissait assez bien savait qu'elle était retourner dans ses fabuleux rêves, sans aucun doute en train de s'imaginer une déclaration d'amour enflammée qui lui était destinée bien entendu.

Le pas des premiers invités la fit revenir sur terre et sortir de sa torpeur. Encore une soirée bien ennuyeuse à venir ... ou pas ? Serez vous celui qui la sauvera de cet ennui ? =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vorodill Da'Boléro
Admin/Chef de la guilde des Quatre Orients
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age (perso) : 26
Classe : Assassin
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine   Mar 14 Avr 2009, 10:38 pm

Vorodill regardait par la fenêtre de la calèche les rues vides de la cité. Le seul bruit qui l'accompagnait était les claquements secs que produisaient les chevaux en avançant. Il se préparait mentalement pour la soirée qui approchait. Victor Dé'Quinoxe avait invité tous les nobles de la ville à sa soirée. Y compris les Da'Boléro. S'il faisait cela, c'était sûrement pour améliorer sa réputation auprès des aristocrates et gagner leurs faveurs. Se rapprocher d'eux en résumé. Vorodill n'aimait pas ces soirées. On y dégustait les produits les plus exquis du royaume et on y buvait le vin le plus vieux et le plus rare. Cela ne servait qu'à étaler sa richesse. Ces dans ces moments que l'on peut contempler dans toute sa splendeur l'hypocrisie humaine.

-Eh bien Voro, tu as l'air de faire la gueule.

Son frère, Sarès. Comme toujours, il lui souriait comme un idiot. Vorodill croyait que son frère était l'une des rares personnes qui s'amusait réellement lors de ces soirées. C'était à se demander pourquoi d'ailleurs. Il laissa tomber ces interrogations et recommença à admirer le paysage : une ruelle sombre et crasseuse. Tiens, le manoir des Dé'Quinoxe était proche...

-Tu pourrais me répondre... se plaignit Sarès.
-Désolé, lui répondit son Vorodill. Mais lorsque je vais travailler, je n'ai jamais vraiment le coeur à sourire comme tu le fais.
-Travailler!? On s'en va faire la fête frérot!
-Toi, tu vas faire la fête. Moi, je suis chef de famille et je dois lécher les bottes des autres nobles si je ne veux pas qu'on nous regarde de travers.
-Dis donc, ça a l'air passionnant... Bon, pendant que tu vas faire ça, je vais aussi faire ma part de travail.
-Séduire toutes les vierges pures que tu trouveras à la soirée?
-Non! Je vais en fait leur faire vivre quelque chose d'i-nou-bli-a-ble!

*Se faire baver dessus, c'est effectivement inoubliable...*

Ils étaient arrivés. Le cocher vint leur ouvrir la porte et les Da'Boléro descendirent de la calèche. Ils se trouvaient en face du manoir Dé'Quinoxe, un grand bâtiment de pierres qui resplendissait de lumière. Des torches avaient été allumées à l'extérieur et les lustres de bougies à l'intérieur ne laissaient à l'ombre aucun coin où se réfugier. Vorodill prit tout d'abord une profonde inspiration, se préparant à jouer son rôle à la perfection, comme il savait si bien le faire. Il fut interrompu par Sarès qui lui tirait la manche comme un enfant.

-Tu fais quoi? demanda-t-il innocemment.
-Allez, on y va.
-Wow... il m'ignore complètement.

À l'entrée, ils furent chaleureusement accueilli. On leur lançait plusieurs sourires, levaient leurs verres en leur honneur et les noyaient sous les compliments. Vorodill répondit à tout cela par un sourire tout aussi charmeur, serrant des mains au passage, pour finalement arriver à son objectif : la table du buffet. Il demanda bien vite un verre de vin à l'un des serveur, ce qu'il reçut immédiatement. Et il se força à boire, même s'il détestait cela. Sarès le rejoint, fit comme lui, et dit à son frère :

-Je vais de mon côté. Si j'apprends quelque chose d'intéressant, je te ferai le message.

Oui, malgré ses airs d'idiots et de coureur de jupons, Sarès pouvait se montrer une source d'informations précieuses. Vorodill le regarda partir de son côté, prit une autre gorgée de vin, et se prépara à la personne qui vint l'accueillir.

-Vorodill Da'Boléro! Je suis heureux que vous ayez pu venir!

Victor Dé'Quinoxe. Cet homme vint se présenter, un sourire joyeux imprimé sur son visage. Vorodill en fit de même.

-C'est moi qui devrais vous remercier, répondit machinalement Vorodill.
-Allez, profitez de la soirée! Je suis sûr que mon fils doit traîner dans les parages. N'hésitez pas à aller lui parler s'il vous en dit. Et servez-vous. Tout vous est offert!
-C'est un honneur monseigneur.

Il repartit aussitôt, alors qu'il n'avait même pas fini sa courbette en signe de remerciement. Le jeune Da'Boléro ne s'en formalisa pas et avala plutôt le hors-d'oeuvre qui se trouvait le plus proche de lui. À force de regarder les alentours, il repéra effectivement Niolas qui discutait avec un autre noble. Il prit sa coupe de vin et se dirigea vers lui, plein de faux entrain. Lorsque la discussion prit fin et que l'autre noble s'en alla au loin, Vorodill prit Niolas par surprise et déposa sa main sur l'épaule de ce dernier en déclarant :

-Cette tenue te fait bien, gamin. Tu l'as cousue toi-même?
-Ah, Vorodill! s'exclama Niolas. Tu es venu?
-Pourquoi manquerais-je une soirée organisée par ta famille? Alors, tu t'amuses?
-Eh bien, les gens n'arrêtent pas de venir me complimenter moi et mon père. Ça devient saoulant à la longue.
-Se faire répéter que l'on est beau, intelligent et destiné à un avenir prometteur. Oui, c'est vrai, c'est la chose la plus ennuyante... Allez, viens, allons dans une taverne dans la ville-basse! Se tenir avec des petites gens sera assurément plus amusant.
-Toujours à faire des blagues douteuses.
-Tiens? Qui est cette jolie dame? Celle qui t'accompagne pour la soirée?

Vorodill venait de remarquer une jeune fille habillé d'une belle robe rouge. Elle paraissait être perdue dans ses pensées, ce qu'il ne pouvait reprocher. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour ne pas avoir à participer à cette réception... Son frère peut-être? Sarès serait peut-être suffisant pour s'acheter sa liberté.

-C'est ma soeur, Lilia Dé'Quinoxe. Je crois ne vous avoir jamais présentés...
-Si tu me l'avais présentée, débuta Vorodill, je m'en souviendrais. Grand bêta!

Sur ce, Vorodill donna une petite tape sur le crâne de Niolas. Parmi tous les nobles de cette cité, Niolas Dé'Quinoxe devait être le seul avec qui il était à l'aise. Parce qu'il était plus jeune? Parce qu'il était comme un petit frère? Ça, il l'ignorait. Mais les quelques fois, comme maintenant, où il l'insultait gentiment, son compagnon ne semblait pas s'en formaliser. Des fois, il répondait même par une insulte...

-Goujat! répliqua-t-il avec le sourire.
-Alors? Tu nous présentes? continua le jeune Da'Boléro, sans se soucier de ce que venait de dire son ami.
-Ah? Ah oui, bien sûr. Lilia, je te présente Vorodill Da'Boléro, chef de la famille Da'Boléro. Vorodill, je te présente Lilia.
-Enchanté de vous connaître, Lily. J'espère que votre crétin de frère ne vous ennuie pas trop? Il peut être une vraie plaie quelques fois...
-Ne parle pas trop fort. Je n'ai pas envie que les autres t'entendent.
-Niolas!

C'était Victor, le père de Niolas qui appelait celui-ci en lui faisant un signe de main. Il paraissait vouloir présenter son fils à un couple de personnes à première vue importantes si l'on se fiait à leurs habits. Il ne se fit pas attendre et rejoint vite son père, sans avoir oublié de dire au préalable à Vorodill :

-Occupe-toi de ma soeur.
-Quoi?

Mais il était déjà parti. Vorodill soupira, se tourna vers Lilia et lui dit d'un ton aimable :

-Nous voilà largués. Au fait, vous voulez que je vous présente l'une de mes amies? Elle s'appelle Soleil. Mais j'ignore si elle sera présente ce soir... Allez, venez.

Le jeune Da'Boléro entraina Lilia Dé'Quinoxe à sa suite. Tant qu'à être présenté à la soeur de Niolas, autant faire connaissance. Il fit attention et s'arrêta plusieurs fois pour que Lilia ne se perde pas à travers cette foule. Et, sans prévenir, ils se retrouvèrent sur le balcon. Le cafouillage provoqué par les nobles qui discutaient passa comme en sourdine. La seule chose qui restait, c'était les torches accrochés sur les murs et les bruits familiers de la nuit. Vorodill s'approcha de la rambarde de pierre, y déposa sa coupe de vin, et s'y appuya.

-Ces soirées vont finir par me tuer... Ah, Soleil est là! Nous avons de la chance, il n'y a pas de nuages aujourd'hui. Vous voyez ce point-là?

Il pointait le ciel. En fait, ce qu'il pointait, c'était une étoile.

-Vous voyez? Juste au-dessus de la constellation de la Coupe. L'étoile qui est seule. Elle s'appelle Soleil. On dit que lorsqu'on la regarde, on oublie tous ses problèmes.


Dernière édition par Vorodill Da'Boléro le Sam 02 Mai 2009, 1:54 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azurfeu.bb-fr.com
Lilia Dé'Quinoxe
Co-admin/Fille des Dé'Quinoxe
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 25
Age (perso) : 16
Classe : Noble
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine   Mar 14 Avr 2009, 11:38 pm

La soirée battait apparemment son plein. Du moins c’est ce qu’on pouvait en déduire par le brouhaha permanant qui résonnait dans la salle. Mais se bruit n’empêchaient pas Lilia d’être comme absente. En effet depuis le début de la soirée elle n’avait fait qu’une seule chose : rêvasser.

Pour la énième fois elle penser à l’homme de la vie.


[Rêve : On]

Elle était à l’ombre d’un arbre alors qu’il approchait d’elle, une rose rouge à la main. Une légère brise qui passerait par là la ferait frémir … ou bien serait-ce l’excitation ? Elle fermerait les yeux pour savourer ce petit moment de plaisir, et lorsqu’elle les ré ouvrirait il se tiendrait là devant elle, agenouillé, lui tendant la rose et cherchant à plongeait son regard éperdument amoureux dans le sien. Elle le regarderait, tremblante d’émotion.

« - Ma mie, je n’y tiens plus. Je ne mange plus, je ne dors plus, je ne vis plus ! C’est ce qui me fait venir aujourd’hui. Sans vous je ne suis que la moitié de moi-même. Je vous aime et j’aimerai que vous deveniez ma femme si vous y consentez. » Seraient ses paroles.

Elle prendrait la rose rouge qu’il lui tendrait et en même temps lui demanderait de se relever. Après quoi, ils se rapprocheraient peu à peu, dangereusement près. Mais elle ne ferait rien pour l’en empêcher au contraire. Ils ne seraient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre, elle pourrait sentir son souffle chaud, ses lèvres frôler les siennes. Puis enfin, elle gouterait pleinement à ses lèvres, douces, chaudes, sucrées … et ce serait l’extase.

[Rêve : Off]

Malheureusement pour Lilia ce petit moment de bonheur fut interrompu par son frère qui lui présentait pour la 6 ème fois de la soirée un noble. Elle allait juste lui faire une jolie petite révérence et passer à autre chose quand elle fut prise au dépourvu. Elle semblait le connaitre ... mais elle ne savait d’où … un jeune homme d’une beauté parfaite, aux cheveux courts noirs, d’un regard plus que charmeur et d’une peau blanche lumineuse. Il irradiait de beauté si je puis dire. De plus, il venait de l’appeler par son surnom. Un surnom que seul Niolas utilisait. L’entendre dire par un autre homme était étrangement bizarre … mais pas désagréable …
Elle eut cependant un petit moment d’hésitation, ce qui lui donna l’air d’être perdue, avant de faire sa révérence.


« - Tout le plaisir est pour moi Monsieur »

Elle se releva gracieusement et esquissa un petit sourire timide. Son frère et lui semblait bien se connaitre vu leur familiarité. Si Niolas pouvait être une plait ?! Ça ce n’est pas peu dire ! Qu’est-ce qu’il pouvait être agaçant quand il s’y mettait ! Mais ça jamais elle ne le dirait en public, d’une parce qu’elle n’avait pas le droit, et de deux parce que son but n’était pas de ridiculiser son frère en public même si il n’avait pas été très charmant aujourd’hui …

La voix de son père retentit ce qui fit sursauter notre jeune fille. Ouf ce n’était pas pour elle … de toute façon comment aurait elle put croire que ce serait pour elle ?! Elle n’existait pas dans ce genre de soirée … son père lui adressait donc rarement la parole sauf pour lui dire de monter se coucher …

Elle regarda cependant son frère partir avec quelques appréhensions. Le fait d’être seule ne l’a dérangeait pas, mais être seule avec un autre homme ça ce n’était pas vraiment dans ses habitudes … elle ne savait pas comment se comporter. Trop timide, trop réservée pour être à l’aise en public. Elle fit un petit sourire crispée lorsque Vorodill hérita de la charge de s’occuper d’elle.


* Le pauvre, il a sans doute autre chose à faire de sa soirée que de s’occuper d’une écervelée comme moi … *

Elle allait prendre la parole pour lui dire que ce n’était pas la peine, après tout, comment pourrait elle se perdre dans son manoir hein ? Mais il fut plus rapide qu’elle. Tout d’abord déconcertée par ses paroles elle se reprit et lui répondit timidement.

« - Je … j’en serais ravie ... mais ... ne vous sentez pas obligés de … »

Mais déjà elle était obligée de le suivre pour ne pas le perdre de vue. L’avait il entendu ? Elle espérait bien que non, qu’elle pouvait avoir l’air sotte quand elle perdait ses moyens ! Et le pire, c’est qu’elle s’en rendait compte.

La salle étant remplie, prête a craquer, il était difficile pour elle de se frayer un chemin. Elle remercia donc (intérieurement) le beau jeune homme qui prenait la peine de l’attendre pour qu’elle ne se perde pas dans cette masse humaine. Enfin elle en sortit et se retrouva sur le balcon. Elle put respirer l’air frais de la nuit, ce qu’elle fit avec délice. Elle s’avança pour se placer près de Vorodill et regarda le ciel, les yeux pétillants. Il lui montra une étoile qu’elle vit après quelques secondes de recherche.


« - Oui je la vois en effet … »

Elle eut un petit rire amusée qu’elle laissa échapper en apprenant que c’était elle son amie. Et encore une fois elle se reprocha encore une fois d’être trop naïve. Etant dans le (presque) noir, elle trouvait plus d’assurance en elle. Ce n’est pas comme être en pleine lumière où tout le monde peut vous voir, n’importe quel petit geste, n’importe quelle mimique. Là elle se sentait comme protéger, et pouvait un peu plus s’ouvrir, faire autre chose que sourire poliment.

« - C’est donc elle Soleil ? Elle se tourna vers Vorodill, un petit sourire timide aux lèvres, je suis toujours aussi naïve … moi qui pensait trouver une jeune femme en chair et en os … »

Elle se tourna encore une fois vers le ciel et embrassa des yeux le spectacle qu’on lui offrait. Rien de plus magnifique qu’une soirée sans nuage. Elle posa timidement ses mains sur la rambarde et sans quitter des yeux le ciel elle prit la parole.

« - Vous semblez beaucoup vous y connaitre en astronomie … moi je n’y connais rien, mais je sais que je pourrais regarder les étoiles pendant des heures. C’est un spectacle si beau, si reposant, on peut ne penser à rien d’autre … et il fait si bon dehors en ce moment ! Mais ni mon père ni mon frère ne comprennent cela … ça leur semble tellement inutile … »

Elle se tut et piqua un fard. Elle venait d’en dire plus que nécessaire, et en plus a un inconnu. Que penserait d’elle Niolas s’il l’apprenait ?! Elle s’éclairci légèrement la voix.

« - Hmm … enfin, je ne veux pas vous embêter avec mes histoires … »

Elle lui lança un petit coup d’œil en coin. Allait-il se moquer de ses passes temps, comme tant d’autre ? Ou bien comprendrait il … ou du moins ferait comme tel ? Elle eut un petit sourire gênée, l’impression comme toujours de dire des âneries totalement inutiles et ennuyantes qu’elle ferait parfois mieux de garder pour elle … Comme toujours un manque d’assurance et de confiance en soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vorodill Da'Boléro
Admin/Chef de la guilde des Quatre Orients
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age (perso) : 26
Classe : Assassin
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine   Ven 17 Avr 2009, 4:38 am

Ah? Alors, Lilia ne s'entendrait pas très bien avec ses parents proches? Vorodill ne trouva rien d'étrange à cela. Il savait depuis longtemps que les façades que se créent les aristocrates ne reflétaient en rien la réalité. En fait, ce que l'on percevait pouvait être tout le contraire. C'était un jeu de pouvoir auquel souvent les enfants étaient forcés de participer. Et, sans s'en rendre compte, lorsqu'ils devenaient à leur tour adulte, ils répétaient les mêmes gestes que leurs parents. C'est ce qui arrivait dans la plupart des cas. Pas tous, mais presque.

-Si me parler de vos problèmes vous met mal à l'aise, vous pouvez vous confier à quelqu'un d'autre. Je vous l'ai dit : lorsque l'on regarde Soleil, on oublie tous nos problèmes. C'est pour cela qu'elle est mon amie. C'est la seule qui m'écoute sans porter de jugement. Toutefois... il faut avouer que c'est un peu triste qu'elle ne puisse pas me répondre.

Un peu étrange cette fille. Lorsque Vorodill la regardait, elle paraissait regarder très loin, comme si elle attendait quelque chose. Ça se voyait dans sa façon d'agir. Elle n'était jamais réellement présente. Elle lui faisait penser à Sarès lorsqu'il se demandait ce qu'il y aurait à manger pour le diner. Bon, l'analogie n'était peut-être pas très bonne entre une jeune femme raffinée et un pervers de la pire espèce. Mais c'était tout ce qu'il avait trouvé.

*La soeur de Niolas... et la seule fille de Victor Dé'Quinoxe.*

Maintenant qu'il y pensait, elle était en âge de se marier. Il avait entendu plusieurs murmures à la cour. Un homme d'une famille moindre lui avait dit un soir, une coupe à la main et le sourire aux lèvres, que plusieurs prétendants s'étaient déjà manifestés. Rien n'était encore décidé. Victor avait-il déjà fait son choix? Ou attendait-il le bon parti? Il était vrai qu'il pouvait rêver de donner la main de sa fille à Lame, le prince d'Azur. Celui-ci était dans le début de la vingtaine, serait probablement un bon roi et était le meilleur parti auquel aucune famille ne pourrait refuser la demande. Quant à Lilia, elle venait d'une lignée très respectée et était fort jolie...

*Ce serait trop dommage que je laisse filer cette occasion. Si je la marie, je deviendrais un Dé'Quinoxe, obtiendrais un pouvoir plus grand que celui que je possède à l'instant et pourrait même devenir le chef de la famille...*

Le problème restait Niolas, le successeur mâle unique. Vorodill pourrait certainement trouver une solution à ce petit obstacle...

-Tu sais pourquoi ton frère ne peut pas te comprendre? C'est parce qu'il ne pense pas comme toi. Il a d'autres priorités et pense que la façon dont il te traite n'est pas mauvaise. Je crois surtout qu'il ne veut que ton bien.

Et ce que ça ira comme ça? Séduire une femme ne lui a jamais véritablement posé de problème. Mais une femme comme elle, c'était différent. Il ne s'agissait pas d'une aventure d'un soir où les deux personnes sont d'accord sur le fait qu'après la nuit qu'ils passeront ensemble, ils ne se verront plus. Non. Maintenant, ce qui était en jeu, c'était un mariage. Il croyait avoir été assez gentil avec elle. À présent, il fallait se faire apprécier. Une étape à la fois.

-Je vais te dire un petit secret, avoua Vorodill avec un petit sourire. Je déteste m'habiller comme ça pour venir à des soirées comme celle-ci. Je dois faire semblant que j'aime boire du vin, sourire aux gens que je n'aime pas, serrer des mains, leur faire des compliments pour ensuite retourner chez moi exténué, incapable de faire quoi que ce soit d'autre. Le pire, ce sont les grands diners. Il faut manger lentement, prendre le temps de goûter chaque bouchée avant de l'avaler. À la fin du repas, j'ai l'impression d'avoir mal mangé. De plus, je dois parler à mes voisins de table, qui disent souvent des trucs vides d'intérêt.

"Toutefois, grâce à tous ces efforts, j'ai obtenu ce que j'ai toujours voulu. Alors, si toi aussi tu désires quelque chose qui te semble inaccessible, tu dois faire ce que je te dis : fais semblant. Fais semblant comme moi je fais semblant. Et petit à petit, ton frère et ton père t'écouteront. Ils croiront que tu as mûrie, que tu es enfin devenue responsable. Et à ce moment, ton avis comptera pour eux. Si une robe te plait et que tu voudrais que Niolas te l'offre, ne lui dis pas que tu la veux parce qu'elle est belle. Dis-lui simplement que les autres dames de la cour n'en portent pas d'aussi belles. Il t'achètera la robe. Il croira avoir choisi pour toi. Mais en réalité, c'est toi qui aura choisi."

Pour l'instant, tout se passait bien. Vorodill regardait Lilia droit dans les yeux. Pas de la même manière que son père la regardait : comme si elle n'était qu'une enfant gâtée. Non, il la regardait comme un homme regardait une femme. C'était aussi simple que cela.

-C'est de cette façon que tu acquerras du pouvoir. À la longue, tu deviendras épuisée. Tu en auras assez et tu auras envie d'abandonner. Tu te diras que c'est trop difficile, que, malgré le fait que tu m'aies écouté et fais ce que je t'ai dit de faire, rien n'a changé. Lorsque cela arrivera et que je ne serai pas là, tu n'auras qu'à regarder l'étoile que je viens de te montrer. Ça ira mieux ensuite. Et tu obtiendras ce que tu as toujours voulu.

[Wow! J'étais inspiré! Je ne savais pas du tout quoi écrire, mais l'idée m'est apparue d'un coup! Toutefois, j'ai l'impression que c'est un peu trop à l'eau de rose... (il fallait que ce le soit après tout; ta Lilia rêve du grand amour!) Japo028 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azurfeu.bb-fr.com
Lilia Dé'Quinoxe
Co-admin/Fille des Dé'Quinoxe
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 25
Age (perso) : 16
Classe : Noble
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine   Ven 17 Avr 2009, 3:38 pm

Plongée dans sa contemplation du ciel elle n’oubliait cependant pas d’écouter son interlocuteur. Des problèmes ? Ah oui elle en avant, mais elle n’avait pas envie de gâcher la soirée de cet homme avec des sottises pareil. D’ailleurs il allait sans doute repartir bientôt pour se plonger dans la fête. Pourquoi resterait-il ? Bon certes il y avait eut l’ordre de Niolas, mais ce n’était pas si important que ça après tout … pour qu’il s’en aperçoive il faudrait déjà qu’il la voit dans la soirée !

Elle fut donc surprise quand il reprit la parole, toujours aussi gentiment. Elle tourna vers lui ses beaux yeux verts, étonnée. Puis elle lui fit un petit sourire, comme si elle était lasse. Non pas de lui, mais de la situation dans laquelle elle vivait quotidiennement. Après tout Niolas et lui semblait très proche. Cela signifiait donc que Niolas lui faisait sans aucun doute confiance ! Elle décida donc qu’elle pouvait parler un peu plus librement devant lui. Son frère ne se trompait jamais dans ses jugements, alors pourquoi cette fois si se serait différent.

Elle parla d’une voix douce, comme un murmure que seul Vorodill pouvait entendre.


« - Oh je ne lui en veux pas … Ce n’est pas sa faute, c’est sans doute l’éducation … Les femmes n’ont rien à dire quant aux décisions à prendre … il ne fait qu’appliquer ce précepte à la lettre. »

Alors qu’elle avait toujours le visage tourné vers Vorodill, elle en profita pour le regarder un peu « mieux ». Et sa première impression ne fit qu’être renforcée. Elle avait cette étrange impression de connaitre ce visage tout en sachant qu’elle n’avait jamais rencontré l’homme auquel il appartenait. Elle le dévisagea tout en essayant d’être le plus discrète possible, le noir l’y aiderait sûrement.

Il était beau. Très. On pourrait peut-être le comparer à un ange, une beauté angélique. Il était bien plus grand qu’elle, en même temps ce n’était pas très difficile. Ses cheveux noirs encadraient parfaitement son visage. Elle devina ou plutôt supposa que son corps était des plus musclé … en effet elle ne voyait pas Vorodill comme un gros plein de soupe qui se laissait allé. Non, il prenait soin de lui et donc de son corps. Ses yeux noirs semblaient … mystérieux. Il n’y avait pas d’autre mot. Que pouvait-il penser en ce moment ? C’est sans doute ce qui faisait une partie de son charme. On ne pouvait pas savoir à quoi s’attendre avec lui, sauf si il le voulait …

Elle fut tirer de son observation lorsqu’il ré ouvrit la bouche pour lui parler. Son regard se fixa sur les lèvres se mouvant. Très jolies lèvres.


* Hum je devrais arrêter de le fixer comme ça, il va mal le prendre à force … *

Ce qu’elle fit. Elle plongea son regard émeraude dans celui de Vorodill et lui sourit. Puis laissa échapper un petit rire aux paroles qu’il prononça.

« - Moi qui croyait être la seule a détesté ce genre de soirée ! Tout le monde à l’air de tant s’amuser … »

Elle baissa les yeux et sembla réfléchir à la suite de ses paroles. Faire semblant. C’est ce qu’il lui conseillait. Mais en était-elle capable ? Et puis ce qu’elle voulait, c’était un mariage d’amour, même si le prétendant n’était pas forcément un bon parti … Elle n’en avait que faire du point de vue économique tant qu’il y aurait de l’amour dans son couple. Mais ça son père et son frère ne prendront jamais sa vision en compte.

Elle reporta son regard sur le jeune homme, et lui fit un petit sourire d’une façon quelque peu contrainte. Cette façon de la regarder la fit frémir. Elle n’était pas habituée à ce genre de regard. Pas de mépris, pas de lassitude, pas de désespoir … bref pas les regards qu’elle pouvait recevoir de la part de sa famille. Non non ! Mais ce regard là … Un frisson lui parcouru la colonne vertébrale rien que d’y repenser … c’était une nouvelle expérience en quelque sorte, et certainement pas désagréable !


« - Merci pour le conseil … mais je crois que ça ne peut malheureusement pas s’appliquer à mes objectifs. Avoir une robe c’est une chose … mais qu’une jeune fille considéré comme écervelée puisse choisir son époux s’en ait une autre … Il faut toujours qu’il y ait une raison, économique, diplomatique, sceller une alliance entre famille … mais l’amour n’est pas une raison suffisante … Pour eux du moins. »

Elle se tourna vers l’étoile que venait de lui redésignait Vorodil. Elle la regarda durant quelques secondes avant de reprendre, fixant toujours le ciel.

« - Même si je fais semblant, je n’aurais jamais assez de pouvoir pour faire ce choix. »

* Ce que j’ai toujours voulu … l’aurais-je vraiment un jour ? *

Elle ferma alors les yeux pour profiter d’une douce brise qui passait par là. Quelle douce soirée. Il faisait si bon dehors …
Généralement elle était toujours gênée en présence de quelqu’un d’autre, homme ou femme, qu’elle ne connaissait pas. Or, ce soir, elle était étrangement bien. Sereine, presque heureuse, à parler à un « presque » inconnu. Elle se tourna vers se dernier, un grand sourire aux lèvres, un regain de gaieté dans l’âme. Finalement cette soirée n’était pas ennuyeuse. Elle en était loin même !


« - Il faudra que je pense à remercier mon frère pour m’avoir obligé à venir. Sans quoi je serais restée terrée dans ma chambre à me morfondre. Je serais passée à côté d’une belle soirée à vos côtés ! Et …, elle se tourna vers l’étoile, en compagnie de Soleil bien évidement. »

[Hihi j'ai jamais eut un message aussi gentil de ta part, même si t'es toujours aussi manipulateur ! xD Cela se fête !!! =P]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une soirée mondaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée mondaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée mondaine, soirée mortelle [Armando, Elix, Veronica] [09/03/42]
» Soirée Mondaine.
» Fête mondaine
» Presentation of the Red Woman
» Soirée mondaine à Crocus [PV Akira Kain et Alandro Coronado]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Iotob : secteur Ouest (ville-haute) :: Quartier résidentiel :: Manoir des Dé'Quinoxe-
Sauter vers: